Pochette de Schach ist nicht das leben
Goethes Erben
Schach ist nicht das leben

CD

Site du groupe

Partager

Le nouvel opus de ce trio de Bayreuth, produit par FM Einheit (Einstürzende Neubauten) représente un tournant dans la carrière du groupe. Après 6 cd's (et 2 mcd's), Goethes Erben semble avoir retrouvé une certaine joie de vivre... Les thèmes de la souffrance et de la mort ne sont plus omniprésents, les mélodies sont plus harmonieuses, plus joyeuses et plus audacieuses (cf: Nur ein freund où sont repris quelques anciens morceaux clins d'oeil aux fans de la première heure?).
Goethes Erben semble donc avoir pris du recul par rapport aux "années sombres". Cependant, on retrouve la diction d'Oswald Enke, et ses textes toujours imagés, les images sont ici seulement plus colorées (cf: Ror blau violett grun gelb). Oswald joue également plus sur sa voix: les textes ne sont plus déclamés, la voix se laisse parfois porter par la mélodie (Ein moment der ruhe), ce qui donne une coloration plus vive à cet album.
On retrouve dans la musique tous les éléments qui constituaient les mélodies des autres albums, mais les sons sont plus doux. Piano et guitare s'offrent des envolées lyriques, soulignées par un violon aux accents de valse (Lilien), et la batterie est moins martiale, en général, que sur les autres albums.
Cet album est le premier sorti sous Zeitbomb, sous-label de Strangeways. Peut-être un nouveau départ pour Goethes Erben? Ceux-ci ne renient cependant pas leurs productions précédentes, comme en atteste la note adressée, dans le livret, à ceux qui les ont suivis depuis le début: ils saluent en effet tout particulièrement ceux qui ont apprécié "l'album bleu" (le précédent, intitulé simplement "Goethes Erben"), car "seul celui qui peut supporter le froid les comprendra"...
En tout cas, pour un album enregistré en octobre, celui-ci accompagnera bien les fiestas de l'été!


Myriam M.

(Trinity n°1)