<< < 3 4 5 6 7 8 9 > >>

Chronique : Siglo XX - Siglo XX
écrit par silver edward
le 06/11/2011.

Photo de newsObjet culte que cette première démo K7 de Siglo XX enregistrée en avril 1981 sur un 4 pistes, bénéficiant enfin d'une réédition, qui plus est en LP sur le label belge OnderStroom Records (spécialisé dans les rééditions cold-wave et new-wave 80's). ... Lire la suite


 

Chronique : Venus Fly Trap - Nemesis
écrit par aloysius
le 07/10/2011.

Photo de newsAffublé d'un superbe artwork rétro-futuriste, le nouvel album studio de Venus Fly Trap "Nemesis" distille avec toujours autant de fougue et d'originalité un rock sombre teinté d'arrangements électroniques. Raide et post-punk sur "Absinthe", el ... Lire la suite


 

Chronique : Electric Press Kit - Torsions
écrit par silver edward
le 07/10/2011.

Photo de newsAprès maintes démos, un premier album studio en 2006 ("Analogic") et une anthologie en 2010 ("Rereleased"), le duo d'Electric Press Kit revient avec ce brûlot post-punk qui combine la folie d'un Alien Sex Fiend et la rugosité rampante de Wire. ... Lire la suite


 

Chronique : Cindytalk - Hold Everything Dear
écrit par Stanislas
le 03/10/2011.

Photo de newsVoix d'enfants, clochettes et vagues douces et fantômatiques des éléments, que ce soient les échos amples d'un field recording ou la minitieuse trituration de sons électroniques, le sentier sonore qui ouvre l'album caresse au plus près les sens et ... Lire la suite


 

Chronique : Les Modules Etranges - Turmoil
écrit par Stanislas
le 21/09/2011.

Photo de newsLe premier album dominé par une coldwave rampante semble loin lorsque l'on découvre ce "Turmoil" incendiaire et parfois balafré de hoquets punk, de rythmiques hypno-robotiques frontales et de gesticulantes démangeaisons. Visiblement marqué par l' ... Lire la suite


 

Chronique : The Exploding Boy - The Afterglow
écrit par silver edward
le 17/08/2011.

Photo de newsAvec ce deuxième album, les suédois réussissent un classique de new-wave raffinée. Chant distant à la Interpol ou parfois plus nerveux, musique idéalement nourrie de cold-wave et de post-punk, réminiscente de grands anciens: The Sound (sur "40 Days ... Lire la suite


 

Chronique : Joy Disaster - StäyGätôW
écrit par silver edward
le 17/08/2011.

Photo de newsOriginellement autoproduit en 2009, le troisième album de Joy Disaster bénéficie enfin d'une distribution moins intimiste grâce à cette réédition par Manic Depression. Révélé en 2006 par un superbe premier album "J.D." au rock cold sec et lancinan ... Lire la suite


 

Endless summer même sous la pluie
écrit par soma
le 13/08/2011.

Photo de newsEn août Trinity restera silencieux, une brassée de nouvelles chroniques et news est annoncée pour septembre.
Endless summer for all, cold, rainy, soft or sunny as you wish.


 

Retour sur le concert Guerre Froide + Opera Multi Steel + Martin Dupont dj set
écrit par Stanislas
le 10/06/2011.

Photo de news

 

 

Coldwave, culte & intemporalité à l'Epicentre.

 

Une date qui restera gravée dans bien des mémoires que ce 28 mai 2011. De 20h à 3h un infini de sonorités tour à tour cold, synthétique, post-punk ou new-wave.

Après des balances rapides l'après-midi, sous un ciel enfin redevenu gris, hommage discret aux sons froids à venir dans la nuit, tout était en place pour les irradiations musicales du soir.

 

Alors qu'Alain S. (Martin Dupont) commence son DJ set sur d'élégantes sélections faisant la part belle aux sons des 00's (Helium Vola, le dernier Gang Of Four...) tout en incluant (à notre requête) quelques unes de ses propres compositions issues des trois albums de Martin Dupont; la salle commence à se remplir petit à petit d'un public plutôt noiraud et typé.

Venus du Canada, d'Allemagne, d'Angleterre, du Brésil... de tous les coins de l'Hexagone: un contingent solide de Finistériens et de Bretons, des Parisiens, Lyonnais, Caennais... Bref une majorité ayant fait des kilomètres pour assister à l'événement, ce qui en disait long sur l'attente.

 

Vers 21h30, Guerre Froide prend place sur scène sur des images puissantes d'"Anéantissement" (le titre contenu sur la compilation de soutien au Japon "Electro For Japan", téléchargeable ici). Pendant tout le set, dix huit titres au total, l'émotion et la tension ne feront que monter au fur et à mesure.

Le troublant "Sauvages" ("Le génie des hommes qui attise tous les maux..."), le décollage du concert sur "Saint-Ex" et ensuite un vol froid et continu avec des sommets et dépressions "Des Illusions", "Identité Variable" et sa rythmique curesque plombée, "Nom", l'amère danse de "L'expérience" ("Fossoyeur de l'insouciance, des souvenirs de ton enfance....")... Titres extraits des deux albums "Angoisses et divertissement" et "Abrutir les masses" se succèdent avec la même urgente efficacité, basse et guitare minimales et à l'os rampent, la voix d'Yves scandant avec lucidité caustique et frisson pessimiste, particulièrement en verve et communicatif. A l'annonce d'une nouvelle chanson, le public s'enflamme et c'est le duo infernal "Demain-Berlin" "Ersatz" qui nous est offert, le public connaît les paroles et hurle les refrains.

Un ultime titre "Hommage à Remorquage" (sic) puis le final incendiaire: deux reprises de Joy Division ("Shadowplay" et "New Dawn Fades") avant d'arpenter une dernière fois les rues de "Demain Berlin". Yves finissant par rejoindre la danse gesticulante des premiers rangs du public. Intense, sobre et émotionnel dans toutes les nuances du gris coldwave. Irradiant!

 

Reprise du DJ set, nappes feutrées et parfois groovy. Une playlist (ndlr : bientôt en ligne dans la rubrique « soirées »...) qui manifeste les couleurs variées de l'univers de Martin Dupont, un goût pour les productions sonores soignées et les rythmes ouvragés. Arc temporel entre synth-wave d'hier et minimal wave d'aujourd'hui. Beaucoup de rencontres et de discussions au terme de cette séquence intercalée entre les deux concerts, on sent une envie de plus en plus prégnante de reprendre le chemin des studios pour Martin Dupont.

 

Le silence et l'obscurité se font, la fumée opacifie la scène, premières notes de « Laudamus Te », prélude idéal au concert d'Opera Multi Steel. Encensoir fumant brandi par Patrick, petites bougies-lanternes offertes au public, le ton est donné. La projection d'images dominée par la thématique médiévale va agir tout au long du concert comme un philtre imaginaire.

Particulièrement bien conçue, la playlist démarre sur des titres du nouvel album « La Légende Dorée », de véritables joyaux se détachent, peut-être encore plus que sur disque. « Karma sous trame » sommet Multi Steelien avec ses textes à couper le(s) sens, sa basse cold à la Cure, ses claviers miroitants et ses méli-mélos de voix. « NS/ND » ou « Fureur en Asie » s'imposent également sur scène ; au final seul « Le Cachot » semble parfois un peu hystérique-erratique.

Nous offrant la même setlist que lors des concerts au Brésil, soit près de 2h15 de musique, Opera Multi Steel va nous faire voyager dans sa vaste discographie. Après le dernier album, retour aux origines et voyage dans le temps ! Le public remuant et chantant ne cesse de réclamer qui des « Massabielle », qui des « Empire » (« en mieux... » dira le chanteur), mais place d'abord à « Stella Obscura » (1992) dont seront extraits : le sublime « Benedictus » surplombé par la voix intacte et funambulesque de Patrick et la pop-wave twistée de « Les Martyrs » toujours aussi tonitruante ode au trémoussement.

« Histoires de France » (1996) l'album du retour édité à l'époque sur le label brésilien Museum Obscuro (ndlr : très bientôt réédité avec moult bonus par Infrastition) est ensuite à l'honneur. Implacable « Regrets qui s'écaillent », suivi des outrances obliques de plusieurs titres du même opus : « Un Cri »..., « Des saints et des miracles » (« La cafetière a des seins de glace... mon eden, ton eden, notre eden et après... »), une partie du public reste un peu à l'écart de ces fantaisies d'un album méconnu et peu distribué en France, quel régal pourtant !

Puis les premières notes de « Jardin Botanique » suivies de rugissements et de claquements de mains dans la salle. Dès lors, la dernière heure du concert est une osmose hallucinée entre spectateurs chantant ou muets pris dans les mélodies minimales de la période « Cathédrale » (1984-85) et un groupe touché par la Grâce. S'enchaînent « Du son des cloches » et le sépulcral et ultra mélancolique « Un Froid Seul » (sa rythmique très Talking Heads « Listening wind ») enrichi de sons de cloches. Hystérie collective sur « Massabielle » maîtrisé sur le bout des doigts par une bonne partie du public. Casiotone, mélodica et flûtes sur tapis de rythmiques, orgues euphorisants, la magie opère ! Les classiques du premier album sont plus efficaces que jamais, l'épique « Franz est mort » et enfin le monumental « Cathédrale » scandé conjointement avec le public, grand moment d'orientalisme minimaliste.

Rappel pour connaisseurs avec deux titres ultra rares : « Eternelle tourmente » et « Le landau effaré » issus de cassettes des 80's et un final « Un art fatal », adieu vespéral à un Epicentre illuminé.

 

Il est tard et quelques titres mixés vont nous porter vers le coeur de la nuit, un soir singulier, des moments magiques.

 

+++merci+++ aux musiciens, au public, aux bénévoles, techniciens et à la salle pour avoir permis à ce concert d'exister.


 

Chronique : Clair Obscur - We gave our music to the gods and the gods remixed it
écrit par Stanislas
le 09/06/2011.

Photo de newsAprès le retour d'un Clair Obscur insoumis en 2009 avec un album contaminant et bruissant de pièces sonores explosantes-fixes ("Es War", "I hope you're fine", "Mon ami, mon frère"...), nous retrouvons la formation à travers un exercice distan ... Lire la suite


 

Retour sur Terre
écrit par Stanislas
le 31/05/2011.

Photo de news

Photos & textes sur la soirée de samedi avec d'Opera Multi Steel / Guerre Froide / Martin Dupont très prochainement ici même et un "peu sur Fbk".

"It's So" ... difficile de redescendre sur terre, à moins d'être fauché comme "Saint Ex", ou éparpillé en pluie magique comme dans "Karma Sous Trame"...

(photo Stanislas C. samedi 28 mai Eglise de la Trinité-Cherbourg).




 

Opera Multi Steel + Guerre Froide + mix Martin Dupont
écrit par soma
le 17/05/2011.

Photo de news

Concert culte de deux des figures majeures de la coldwave française:

Opera Multi Steel (Bourges/synth coldwave, medieval...)

http://opera.multi.steel.pagesperso-orange.fr/
http://www.myspace.com/operamultisteel

Guerre Froide (Lille/coldwave, minimal-wave)

http://www.nordwaves.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=12&Itemid=28
http:/www.myspace.com/guerrefroide

En guest special:

Martin Dupont (Alain S.) pour un mix special minimal-wave!

Pour tous renseignements et réservations contactez-nous:

par mail:
assotrinity@free.fr

ou envoyez votre règlement par chèque à l'ordre de "Trinity"

Trinity

9 rue du Bec - Diélette

50340 Flamanville


8€ par place en prévente
10€ sur place

Egalement disponible sur tickenet.fr et dans leur réseau de vente:

http://www.ticketnet.fr/manifestation/idmanif/229511

Stand de disques sur place (Trinity, Brouillard Définitif, Orcadia Machina...).


 

Trinité & vague froide
écrit par soma
le 10/05/2011.

Photo de newsAprès un revival planétaire à travers de multiples compilations, rééditions et hommages (New York, Berlin, Paris, Londres...), trois figures de la coldwave et de la minimal wave seront à l'Epicentre À Cherbourg le 28 mai pour une soirée qui promet d'être culte.
Réédités et édités  sur Minimal Wave, Genetic, Infrastition, Wave Rds..., compilés sur des labels aussi prestigieux qu'Angular rds "Cold waves + minimal..."(These New Puritans...), sur des compilations "Jeunes Gens Modernes", "Transmission"... La première vague froide hexagonale est toujours vaillante, en témoignent les derniers albums studios de Guerre Froide "Abrutir les masses" (LP/CD Brouillard Définitif) et d'Opera Multi Steel "La Légende Dorée" (CD/Wave rds).



 

Chronique : Crimson Muddle - Nocturne
écrit par silver edward
le 20/04/2011.

Photo de newsEnsorcelant trio de pythies à l'univers batcave mâtiné de new wave lugubre et littéraire, Crimson Muddle porte en son sein des membres arrachés à Deadchovsky (Hellebore claviers et chant) et l'apparition  de Little Spigaou de Cemetary GirlZ (g ... Lire la suite


 

Chronique : Bazooka - 1980-1984 Plus
écrit par Stanislas
le 19/04/2011.

Photo de newsLorsque l'on écoute cette rétrospective du groupe néerlandais Bazooka on éprouve le délicieux sentiment de plonger dans une oeuvre multiforme, on pense instantanément aux expériences du rock-arty avant-gardiste produit à la fin des années 70 par Ral ... Lire la suite


 

Chronique : In The Nursery - Blind Sound
écrit par Stanislas
le 19/04/2011.

Photo de newsAlors que la formation célèbre ses trente ans d'existence au festival Sonora de Sheffield en mai, un nouvel album studio térébrant intitulé "Blind Sound" écho au concept inspiré par le braille succède enfin au fabuleux "Era" (2007).
Plus ... Lire la suite


 

Chronique : Coïtus Int. - 1980-1982
écrit par Stanislas
le 18/04/2011.

Photo de newsAvec Mecano, Neon, Nexda, Flue ou Das Wesen, Coïtus Int. fait partie de la cohorte de formations nées au lendemain du punk aux Pays Bas. Bien documentée sur la compilation "Transmission Nederlands", cette mouvance à la fois nourrie de coldwave à la ... Lire la suite


 

Chronique : In Broken English - Sometimes The Scars
écrit par soma
le 12/04/2011.

Photo de newsDifficile de ne pas évoquer le groupe précédent de Gregg Anthe (Morthem Vlade Art), tant In Broken English manie avec une même élégance mélodies imparables et brisures micro-soniques. Après une première production éponyme passée relativement inaperçu ... Lire la suite


 

Chronique : Exhaustion - Exhaustion
écrit par silver edward
le 12/04/2011.

Photo de newsEnfants du crust, artisans d'un punk-hardcore intense et concis, Exhaustion excelle dans le registre enragé, en quatre titres aussi intenses que courts, le quintette brûle tout sur son passage. De l'ultra pessimisme de "Dead trees" au terrible et ... Lire la suite


 

Chronique : Odessa - Odessa
écrit par silver edward
le 04/04/2011.

Photo de newsEn 1984, Odessa publie ce qui restera comme un des plus beaux exemples de coldwave à la française, un EP trois titres rampant, entêtant, une liqueur noire pour convulsion lente. "Dark Inside" et sa basse orientaliste, voix froide distante et rythmi ... Lire la suite


 

Chronique : Collection d'Arnell-Andrea - Vernes-Monde
écrit par Stanislas
le 04/04/2011.

Photo de newsSaisissant éclat de "Vernes-Monde", neuvième opus de Collection D'Arnell-Andrea, à la fois retour à la mélancolie de givre du "Val des Roses" mais remuée par le souffle ample des années.
Ouverture d'album à travers un majestueux triptyq ... Lire la suite


 

Chronique : Denner - Nouvelle Bretagne
écrit par aloysius
le 01/04/2011.

Photo de newsNé entre Brooklyn et Trébeurden, ce projet nourri de coldwave, shoegazing et mélancolie littorale fleure bon les éclats du lyrisme gris-brume élimé des 80's lové sous la douce lumière de caresses noisy-pop. Textes majoritairement en anglais, parfois ... Lire la suite


 

Chronique : Pesteg Dred - Year of Stuggle Against the Lies, the Stupidity and the Cowardice
écrit par silver edward
le 01/04/2011.

Photo de newsDisque culte, enregistré par le groupe post-punk danois en 1981, mais jamais paru à cause d'obscurs problèmes de studio (édité une première fois confidentiellement sur k7 en 1985 en bonus du fanzine "Atlas"), cet unique album de Pesteg Dred est en ... Lire la suite


 

Peter Hook & The Light play Joy Division
écrit par soma
le 09/03/2011.

Photo de newsVendredi 11 mars à 20h30 au Big Band Café
(Hérouville St-Clair-14)

http://www.bigbandcafe.com/bbc.php

JOYAU NOIR DU POST-PUNK, OEUVRE INTEMPORELLE A L'INTENSITE ROCK, UNKNOWN PLEASURES RETENTIRA AU COEUR DU BIG BAND CAFE A L'OCCASION DU PASSAGE DE PETER HOOK. DE RETOUR SUR SCENE, A LA BASSE ET AU CHANT (ET NON DERRIERE LES PLATINES COMME LORS DE SES APPARITIONS AUX FACTORY NIGHTS), LE BASSISTE DE NEW ORDER REDONNE VIE AU PREMIER ALBUM DE JOY DIVISION, ACCOMPAGNE DE SON GROUPE  « THE LIGHT ». CEUX QUI ONT PU ASSISTER AUX RARES CONCERTS DONNES EN ANGLETERRE ET A EUROPAVOX EN MAI DERNIER ONT ETE ELECTRISES PAR L'INTENSITE DE LA PERFORMANCE. PLUS QU'UN HOMMAGE, CE CONCERT TRANSMET LES MOTS DE IAN CURTIS ET LA MUSIQUE D'UN GROUPE QUI CONTINUE A ENVOUTER DE GENERATION EN GENERATION.

http://www.facebook.com/event.php?eid=194196580610293&index=1


 

Chronique : Eleven Pond - Bas Relief
écrit par aloysius
le 03/03/2011.

Photo de newsCe quatuor de Rochester (NY/USA) est rentré dans l'histoire de la musique wave avec un album autoproduit en 1986. Nourris par les couleurs froides et mélancoliques de Factory et 4AD, Eleven Pond réussit un disque gorgé de classicisme et d'émotions, ... Lire la suite


 
<< < 3 4 5 6 7 8 9 > >>